Philodendron : quelles sont les différentes variétés et comment bien l’entretenir ?

Philodendron : quelles sont les différentes variétés et comment bien l'entretenir ?

Sommaire

Le philodendron est une plante atypique originaire des forêts tropicales humides d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud. C’est pour cette raison que les différentes espèces de philodendrons sont considérées toutes comme des plantes d’intérieur par excellence comme le Calathea Makoyana, une autre espèce de plante à feuillage très décoratif. Cultivés en intérieur, cette plante ne demande que très peu d’entretien. Voici nos conseils pour bien entretenir ces plantes magnifiques. 

Fiche technique

  • Nom : Philodendron
  • Famille : Aracées
  • Type : Plante ornementale ou d’intérieur
  • Origine : Amérique du Sud
  • Floraison : Très rares en culture d’intérieur
  • Feuillage : Persistant
  • Rusticité : Fragile, craint le froid et doit être abrité pendant la saison froide
  • Hauteur à maturité :  0,60 à 2m en intérieur, jusqu’à 10m dans son habitat naturel
  • Exposition : Mi-ombre
  • Nature du sol : Bien drainé et riche
  • Besoin en eau : Moyen, nécessite une vaporisation d’eau durant l’été
  • Multiplication: Principalement par bouturage ou marcottage.

Espèces et variétés du philodendron

C’est une plante de la famille des Aracées au même titre que le Pothos et le Monstera Deliciosa. Elle est originaire d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud. En fait, les philodendrons sont un genre de plante qui comporte plusieurs espèces et variétés. En voici quelques unes parmi les plus populaires chez nous :

  • Philodendron monstera, surnommé  « faux philodendron » car c’est un genre à part qui comprend à lui seul plusieurs espèces, dont la plus connue est le Monstera deliciosa.
  • Philodendron pink princess
  • Philodendron white princess
  • Philodendron xanadu
  • Philodendron birkin
  • Philodendron scandens Brazil
  • Philodendron micans
  • Philodendron erubescens ou le « Grimpant de Colombie »
  • Philodendron hederaceum ou tout simplement le « Philodendron grimpant » 
  • Philodendron bipinnatifidum, appelé aussi « philodendron en arbre »
  • Philodendron selloum
  • Philodendron verrucosum
  • Philodendron melanochrysum
  • Philodendron gloriosum

Plantation et rempotage du philodendron

S’agissant d’une plante d’intérieur, vous pouvez planter sans problèmes votre philodendron à peu près toute l’année. Le rempotage quant à lui s’effectue au printemps. Rempoter la plante dans un substrat essentiellement composé de terreau et de tourbe dans un pot légèrement supérieur (+2 à 3cm de diamètre et +4 à 5cm de hauteur au minimum). Penser aussi à percer le fond de votre pot et à mettre une couche de billes d’argiles pour faciliter le drainage.

Philodendron entretien

Fertilisation

Le philodendron n’aura pas besoin d’un apport important en engrais, si les rempotages sont réguliers et le terreau neuf est de bonne qualité. Cependant, vous pouvez fertiliser une fois par mois en période de croissance avec un engrais liquide pour plantes vertes pour obtenir et conserver un feuillage verdoyant.

Arrosage

Les besoins en eau du philodendron sont moyens. En été, arroser une à deux fois par semaine et réduire l’arrosage à une à deux fois par semaine en hiver. Il est important de ne pas trop arroser la plante, car elle pourrait facilement pourrir. De toute façon, il faut toujours attendre que le sol soit bien sec en surface pour arroser votre philodendron.

N’hésitez en revanche pas à vaporiser de l’eau non calcaire sur les feuilles et à mouiller le tuteur des philodendrons grimpants en période de grande chaleur.

Taille

Cette plante n’a pas besoin d’être taillé. Toutefois, vous pouvez couper les tiges et les feuilles qui se dégagent de la plante à l’aide d’un sécateur pour redéfinir la forme de votre plante.

Aussi, vous pouvez pincer les jeunes pousses des variétés grimpantes à petites feuilles afin de favoriser l’émission de nouveau rameaux. Rabattre les rameaux envahissants pour limiter leur développement et rendre ainsi la plante plus bouillonnante.

Entretien du philodendron en pot

Le philodendron en pot nécessite une situation très lumineuse sans soleil direct. La température doit être maintenue entre 18 et 20°C durant la période de végétation (de mars à octobre) et entre 14 et 15°C durant la période de repos (hiver).

L’arrosage quant à lui doit être très régulier durant la période de croissance et modéré en hiver. laisser sécher le substrat sur quelques centimètres entre deux apports d’eau.

Multiplication du philodendron

La multiplication des différentes variétés de philodendron s’effectue principalement par bouturage ou par marcottage aérien.

Au printemps, relever des boutures de tête que l’on pique dans un mélange de sable et de tourbe. Maintenir une atmosphère humide et chaude jusqu’à la reprise. Rempoter ensuite dans un substrat de rempotage. Vous pouvez aussi bouturer dans l’eau votre philodendron puis le rempoter une fois les nouvelles racines se sont bien développées. La technique de bouturage dans l’eau du philodendron est presque la même que celle utilisée pour la multiplication du Monstera Deliciosa, alias « faux philodendron ».

Maladies et problèmes fréquents

Cultivés dans de bonnes conditions, les philodendrons sont des plantes robustes qui résistent aux différentes maladies. Toutefois, les attaques de parasites ne sont jamais à exclure chez ces plantes, même en très bonne santé. Parmi ces parasites, on trouve:

  • Les cochenilles
  • Les pucerons
  • Les araignées rouges

Aussi, durant les différentes étapes de sa vie, votre philodendron peut faire face à certains problèmes comme:

  • Le jaunissement du feuillage: manque d’eau – manque de lumière – manque d’engrais.
  • Brunissement des extrémités des feuilles: excès de soleil.
  • Perte de couleur des feuilles: manque de chaleur.
  • Affaissement et chute de feuilles: excès d’eau – atmosphère trop froide.
  • Brunissement des rameaux et du collet: excès d’eau au niveau du substrat.

Notre conseil

Les philodendrons émettent des racines aériennes qui ont pour fonction de capter l’humidité ambiante. Ainsi, il est conseillé de maintenir les espèces grimpantes avec des tuteurs recouverts de mousses afin qu’elles puissent s’y accrocher. Par la suite, lors du bassinage, les tuteurs ainsi humidifiés serviront non seulement de support mais également de réserve d’eau pour ces racines.